Les phosphates

L’eau de ma piscine devient verte, mon électrolyseur fonctionne, les paramètres de l’eau sont bons, je n’ai pas ou très peu de stabilisant dans ma piscine, j’ai floculé au printemps.

L’eau de pluie, la poussière, les engrais, les plantes contribuent à un apport de phosphate dans la piscine, ce qui augmente le risque de prolifération des algues. Le phosphate est naturellement présent dans la nature, il est issu de l’oxydation du phosphore. Il ne se détruit pas mais s’accumule dans l’eau.

L’électrolyse du sel est extrêmement efficace contre les algues. Ces dernières, en mourant, libèrent le phosphate qui leur a servi de nourriture, le phosphate est un véritable engrais pour les algues. Si vous voyez les algues dans votre piscine alors que vous avez fait tout ce qu’il fallait, il est temps de mesurer la quantité de phosphate présente dans l’eau.

Les résultats sont généralement exprimés en parties par billion (milliard) ou en parties par million (ppm)  et 10 g pour 100 m3 constitue une valeur acceptable. Au-dessus de 30g/100m3 il y a un risque fort d’apparition d’algues et il faut agir. Pour traiter les phosphates, il est recommandé d’utiliser des produits spécialement conçus pour cette tâche, tels que les éliminateurs de phosphates.

Après usage d’un éliminateur de phosphate, laissez la filtration en continu 24H. Si l’eau est trouble, utilisez un floculant adapté à votre filtration, par exemple des chaussettes floculantes pour un filtre à sable ou verre, et pour un filtre à cartouche le Superklar. Voici d’autres clarifiants utiles : Cleanpool ou Goldenflok de Piscimar.

Par Elywann, redémarrage de ma piscine

Les beaux jours arrivent, c’est le moment de s’occuper du bien-être de sa piscine. Comprenez que bien débuter la saison signifie la finir sans encombre. Voyons la procédure.

Supposons que nous soyons samedi matin.

Ensuite il faut nettoyer la piscine, c’est-à-dire retirer les feuilles éventuelles, passer le robot. Cette opération va créer de nombreuses particules en suspension qu’il faut retenir via le filtre.

Troisièmement, en soirée après 18h voire 19h, réaliser un chlore choc avec de la javel, la procédure est décrite sur un titre plus bas.

Puis placer 2 chaussettes floculantes dans chaque skimmer et laisser la filtration en continu. Ce qui va retenir les particules en suspension.

Si la piscine commençait à verdir, répéter le lendemain soir l’opération dite « chlore choc ». Si la javel n’est pas disponible, on peut utiliser de l’hypochlorite de calcium. 

Faire l’appoint de sel après avoir mesuré avec des bandelettes Aquacheck sel. N’oubliez pas, pas plus de 2 cm d’eau dans le verre. Filtration en continu 48h.

Procéder au nettoyage de la sonde pH (onglet F.A.Q) puis à l’étalonnage du régulateur de pH avec une solution tampon neuve.

C’est prêt pour la saison.

Trop de stabilisant dans la piscine?

Le stabilisant crée un énorme préjudice pour la désinfection piscine. Quelques promoteurs de produits chimiques vont même jusqu’à prétendre qu’une eau est désinfectante même avec 200 ppm de stabilisant par litre. Sauf qu’ils ne vous disent pas tout et vous trompent. Nous allons donc tout vous dire et ensuite vous proposer un moyen de retirer le stabilisant.

Prétendre qu’une eau est désinfectante avec 200 ppm de stabilisant n’est pas vraiment une erreur, juste un manquement au langage et un manque de connaissances en biologie qui va induire en erreur le possesseur d’une piscine. Est-ce honnête ? A vous d’en juger.

Evoquons d’abord ce qui se passe avec une eau sans stabilisant. Quand il y a introduction de désinfectant dans la piscine, c’est pour stériliser l’eau. Dans le monde de la piscine, le stabilisant est inclus dans le chlore en galet sauf avec l’hypochlorite de calcium. Dans une eau chlorée à 1 mg/l sans stabilisant, la durée de vie d’un Ecoli va être de quelques secondes. Avec une quantité de stabilisant supérieure à 50 mg, sa durée de vie va dépasser quelques heures, et pendant ce temps il se reproduit. Le principe est le même pour les algues.

Cependant il faut ajouter un principe très connu en biologie : au-dessus de 25°C, pour chaque degré supplémentaire, le microorganisme va se développer 2 fois plus vite. Si bien, qu’avec une eau à 30°C, la multiplication des microorganismes est 2pwr5, soit 32 fois plus rapide. Je vous laisse imaginer le résultat et les 3 options. Option 1 : davantage de produits chimiques en tous genres et comme vous êtes fortuné vous allez aimer. Option 2 :  vous aimez la couleur verte. Option 3 : vous aimez vous baigner dans une eau insalubre.

Vous voyez, il ne faut pas confondre eau désinfectante (après 36 ou 48h en acceptant une multiplication des micro-organismes) et eau stérilisante.  Il y en a qui sont ingénieux en jouant sur les mots ! Vous percevez l’idée des promoteurs de produits chimiques ?

Revenons au sujet.

Une eau de piscine peut être désinfectante, mais si elle abrite un biotope propre à accueillir une faune et une flore spécifique aux milieux humides, ce n’est plus une piscine mais un bassin. La piscine quant à elle, a une vocation ludique, en se destinant aux plaisirs de la baignade ou de la nage sans attraper d’otites, d’oreillons ou toutes autres sortes de maladies.

C’est là, la différence entre une eau désinfectante (sur le long terme) et une eau stérilisante. Une eau stérilisante est une eau, qui, quand un microorganisme entre en son contact avec, il y a un début de létalité. Pour faire plus court, souhaitez-vous un bassin ou une piscine ?

Passons au stabilisant

Si vous avez trop de stabilisant, c’est que vous avez mesuré sa quantité en suivant la procédure décrite plus bas. Il reste deux options : 1) retirer de l’eau ou 2) utiliser un produit qui abaissera la quantité de stabilisant. Ce produit existe, c’est une solution biologique enzymatique pour la réduction de l’acide cyanurique. Quelques-uns de mes clients l’ont utilisé et ont été satisfaits. Voici un lien utile : https://www.gaches.com/reducteur-de-stabilisant/

Hivernage piscine mode passif

Traitement d’hivernage (pas bio).

L’hivernage passif va au plus tard débuter en novembre. je vous recommande Algicide Super 5 L Irripool. La dose recommandée est pour un usage régulier en saison (malgré que ce soit un produit toxique). En novembre, la dose doit être multipliée par 3 au minimum et cinq c’est mieux. ATTENTION: c’est un produit toxique. Cet algicide sera dégradé puis détruit lorsque l’électrolyseur sera remis en marche.

Traitement d’hivernage bio

Utilisez de l’hypochlorite de calcium. La première fois, il faudra faire en sorte que vous ayez 5 mg/l de chlore libre le matin avant 9h.

La quantité à ajouter chaque quinzaine, ou chaque mois, voire pas du tout va dépendre de plusieurs paramètres. S’il y a une couverture opaque sur la piscine, un ajout ne sera pas utile. Sinon, il faudra effectuer un contrôle après 2 semaines. Après 1 ou 2 contrôles vous saurez s’il faut le refaire une fois par mois ou moins.

La piscine est verte (ou devient verte)

Je n’ai pas bien réalisé mon hivernage, on est en mars ou avril, la piscine est verte ou devient verte.

Il faut passer à un traitement de choc. La procédure qui suit est celle qui a rencontré le plus de satisfaction de la part des utilisateurs. ATTENTION: ceci est pour les piscines au sel, sous réserve que vous n’avez pas plus de 35 mg/l de stabilisant dans l’eau.

Il faut utiliser de la javel concentré à 9,6% récente et un peu d’acide chlorhydrique. Cette javel s’achète en bidon de 10 ou 20 litres en magasin Castorama, Leroy Merlin, etc. Cette opération est à réaliser le soir après 18-19h filtration en marche. L’opération décrite en suivant est pour une piscine de 50 m3. Vous adapterez par une règle de trois en fonction du volume de votre piscine.

La filtration est en marche forcée.

Dans un seau de 10 litres d’eau vide, vous le remplissez à moitié avec de l’eau, puis vous complétez avec 5 litres de javel concentré. Vous versez devant une buse de refoulement.

1/2h après, dans un seau rempli de 5 litres d’eau, vous mettez 1 litre d’acide chlorhydrique, puis vous versez devant une buse de refoulement.

Pour placez 2 chaussettes floculantes dans chaque skimmer.

Vous laissez la filtration en continu.

Le lendemain, vous regardez l’état de l’eau et si besoin vous recommencez.

Vous aurez à nettoyer le filtre (contre lavage). Et ce sera fini. Pensez à faire un bon hivernage en novembre.

Si la piscine redevient verte après un mois, que l’électrolyseur fonctionne correctement, que le pH soit correct, que vous n’ayez pas plus de 35 mg/l de stabilisant, il est nécessaire d’effectuer un relevé de la quantité de phosphate. Il est probable que ce soit la cause de votre problème, auquel cas, il faudra le chélater. Cela arrive avec une piscine de bonne superficie et souvent à la campagne.

Mesure de la quantité de stabilisant

La mesure du stabilisant de l’eau de piscine doit uniquement se faire avec un photomètre. Pour effectuer la mesure, l’utilisateur remplit une petite éprouvette de mesure avec un échantillon d’eau, que l’éprouvette soit ou non incluse dans l’appareil de mesures. Ensuite, il place un comprimé de réactif chimique (le comprimé est préférable car strictement bien dosé) qu’il vient ensuite écraser avec un embout puis de secouer l’échantillon.

Lorsqu’il y a trop de stabilisant, le réactif chimique provoque un précipité dans le fond de l’éprouvette. Comme l’éprouvette est placée dans une chambre obscure qui sera traversée par une onde lumineuse, il n’est pas possible de voir le précipité, l’échantillon est plus clair qu’il ne devrait l’être, par conséquent la mesure est faussée.

Pour réaliser une bien meilleure mesure, il faut posséder 2 échantillons, l’un normal et l’autre dilué.  

Rappel: un prélèvement se fait toujours après quelques heures de filtration. Les produits tels que le sel ou le stabilisant sont en concentration plus faible en surface de la piscine, ce qui implique de brasser l’eau.

En ce qui concerne la dilution, il faut diluer au tiers. 1/3 d’eau de piscine + 2/3 d’eau de bouteille de qualité, Volvic par exemple. Il n’est pas rare de voir 120 ou 150 mg/l de stabilisant. Sachez qu’au-delà de 70 mg de stabilisant, les mesures seront toujours faussées, même si un appareil permet une mesure jusqu’à 140 mg (c’est pour la pub !).

Vous aurez donc 2 mesures à effectuer. Si l’eau diluée de l’échantillon donne 40 mg/l, vous savez que vous avez 120 mg/l. Vous serez amusé de lire 25 mg/l avec l’échantillon non dilué.

SI vous faites réaliser la mesure chez un piscinier, ne donnez comme échantillon que celui qui contient de l’eau diluée.

Entretien facile de sa piscine, ce qu’il faut retenir

L’eau de piscine est un milieu particulièrement vivant. La pollution amenée par les baigneurs et les pollens font que des algues ou des micro-organismes vont se développer. Avec la température, l’eau deviendra un bouillon de culture, voire se teintera en un joli vert.

Avant de débuter la saison. 

Si vous avez traité au chlore, vérifiez que l’eau ne contienne pas plus de 30 mg/l de stabilisant1, de même avec un électrolyseur de sel si vous avez utilisé du sel stabilisé ou des galets en hiver. S’il y a trop de stabilisant, il faut renouveler une partie de l’eau. En règle générale, on vide 1/3 de l’eau de piscine chaque fin de saison. Elle se remplira d’eau neuve avec la pluie.

Dans tous les cas, il faut réaliser un chlore choc sauf si vous avez traité au brome. Puis ajouter 2 chaussettes floculantes2. Pour 50 m3 et filtration en marche, on met 5l de javel concentrée à 36°baumé ou 9,6%, et 1/2h après un litre d’acide chlorhydrique3. Si la piscine n’a pas d’abri, à cause des pluies d’hiver, le pH sera bas. Ce n’est pas le moment de le corriger.

Dureté de l’eau et pH.

S’il a beaucoup plu en hiver, veillez à ce que la dureté soit suffisante au printemps, sinon le pH fera yoyo. Si après mesure l’indice est bas, on ajoute du bicarbonate ou un peu de chaux ou du TH+. A réaliser en mai. Pour le confort des yeux, il est préférable d’avoir un pH compris entre 7,3 et 7,4. Cette valeur, vous la maintiendrez manuellement une fois par semaine ou automatiquement avec un régulateur de pH. Si vous traitez avec un électrolyseur de sel, du chlore ou de la javel, il est important que le pH soit en dessous de 7,5. Un pH trop haut nuit à l’efficacité de la désinfection. Si vous utilisez un régulateur de pH, c’est le moment de nettoyer la sonde puis d’étalonner le régulateur.

Pendant la saison

Avoir une bonne filtration, et si possible avoir remplacé le sable par du verre qui filtre 5 fois mieux. Pour une piscine de 50 m3, il est d’usage de filtrer entre 2 et 3 fois le volume. Davantage si la piscine est plus petite. Si vous utilisez un robot piscine, et si la filtration le permet, ne pas oublier de floculer 1 fois par mois (mai, juin, juillet, août par exemple)

Bien finir la saison

C’est bien d’utiliser un produit qui préserve la piscine et de retrouver l’eau propre au printemps. Sans couverture, que votre hivernage soit actif ou passif, il faut utiliser un amonium quaternaire,. Avec abri, il y a plusieurs possibilités.

Notes

  1. Le stabilisant empêche la dégradation trop rapide du chlore sous l’effet des UV solaires. Un galet de chlore en contient la moitié. Il se mesure avec un photomètre .
  2. La floculation rassemble les particules fines avant d’être rejetées, ce qui améliore l’efficacité du désinfectant
  3. l’acide s’associe à la soude contenue dans la javel, fait baisser le pH, la concentration en acide hypochloreux augmente. Ce dernier est 100 fois

Où installer la sonde redox ?

Vouloir utiliser la sonde redox concourt à un bienfait notable, particulièrement si la piscine est couverte en journée, ou une grande partie de la journée. Rappelons que l’on couvre souvent sa piscine pour éviter une déperdition de chaleur ou pour des raisons de sécurité.

Pour rappel, outre que la température extérieure descend, l’eau se refroidit principalement à cause de ce que l’on appelle une déperdition calorique. Celle-ci a lieu pour plusieurs raisons, principalement par évaporation de l’eau, ce qui nécessite une bâche en surface malgré un abri. Une faible ventilation de surface suffit en une nuit pour perdre plus de 3 à 4 degrés.

Le redox.

C’est une image de la qualité stérilisante de l’eau, pour résumer c’est sa capacité oxydante -voire destructrice pour les micro-organismes pathogènes. Si vous placez une sonde redox avant ou après le filtre vous aurez une lecture différente. Ce qui est normal puisque le filtre a réalisé sa fonction. La propriété de la sonde redox pour la piscine est d’effectuer une mesure, principalement une mesure d’oxydation.

Qu’est-ce que cela veut dire?

L’eau a beaucoup de propriétés dont celle d’être oxydante, l’oxydation c’est la capacité de libérer  des électrons, pour simplifier, libérer des particules pleines d’énergie qui se déplace à la vitesse de la lumière ou presque. Pour illustrer, imaginez qu’une bactérie ou un virus est une maison de verre constituée de milliers de fenêtres, et à chaque fenêtre il faut un mot de passe pour entrer. Si l’eau dispose d’électrons en excès, ces derniers n’ont pas de mot de passe et ils  vont essayer de casser une de ces fenêtres, et après en avoir casser une, d’autres vont entrer par la fenêtre cassée et casser toutes les autres. C’est cela la propriété d’une eau oxydante. Elle dispose d’électrons supplémentaires qui vont perturber le cytoplasme des êtres cellulaires, c’est à dire perforer la « maison de verre », la membrane qui permet de « respirer ou échanger » avec l’extérieur, ou modifier les protéines du virus et l’annihiler . Le micro organisme ne « respire » plus, il meurt. Pour être précis les échanges intras-extras cellulaires de celui-ci ne se font plus, ou pour un virus, il lui manque ses jambes, ses mains et sa tête. En gros c’est comme un cancer, mais un cancer du parasite.

Où placer la sonde?

Etant donné que le rôle de la sonde est d’indiquer ce qui est oxydant et réducteur, ce qui libère ou ce qui prend, si on la place après un bon filtre il est impossible d’avoir une image de la réalité de la piscine. C’est par facilité que l’on dispose la sonde après la filtration, mais sur un plan réel, elle devrait être placée avant la filtration. C’est comme si vous deviez mesurer la qualité de l’eau entre Troyes et Orléans voire entre Troyes et Paris. Si la mesure se fait à Troyes pourquoi corriger la qualité de l’eau à Paris? C’est tout de même mieux de corriger in-situ. Vous voyez bien, ne serait-ce qu’avec cette figure, que cela ne peut être pareil. Une sonde placée à Paris, même sur une zone dépolluée, indiquera une qualité de l’eau différente  que celle qui sera à Troyes! Il est donc souhaitable de placer la sonde redox au plus proche de la réalité, c’est à dire avant la filtration.

Comme sur un plan pratique cela n’est pas toujours commode, dans le local piscine la sonde est placée après la filtration. Mais dans ce cas, la consigne redox doit être légèrement plus élevée. Raison pour laquelle Elywann a choisi 710 mV au lieu des 700 mV préconisés.

Un redox trop élevé?

Il y a trop d’électrons libres. Ce n’est pas bon, c’est comme bombarder sans cesse le même lieu. C’est préjudiciable à la santé de notre peau, où les bons virus et micro-organismes protecteurs seront détruits. C’est pourquoi l’usage du redox est à privilégier, principalement si la piscine est couverte.

Comment mesurer la quantité de sel dans l’eau de sa piscine

Parmi les personnes qui disposent d’un électrolyseur de sel, certaines utilisent un TDS mètre (Total Dissolved Solids), c’est à dire un appareil électronique, pour mesurer la quantité de solides dissous dans l’eau. C’est une erreur à ne pas commettre.

Un TDS mesure la conductivité de l’eau et l’exprime en siemens, qui sera souvent traduite pour vous en grammes par litre. Pour effectuer cette mesure, l’appareil utilise une sonde de conductivité composée de 2 électrodes en graphite ou autre, un léger courant va passer d’une électrode vers l’autre. En fonction du courant, c’est à dire de la quantité d’électrons qui circule entre les 2 électrodes, la résistivité de l’eau est traduite pour définir la conductivité.

Hors, quand on parle de résistivité, cela ne veut aucunement dire qu’il s’agit de la quantité de sel (NaCl) dissoute, mais de la résistance que l’eau oppose au passage d’un courant. Cette résistance peut varier en fonction de la quantité de sel, c’est vrai, mais également d’autres minéraux présents dans l’eau. MAIS ce n’est pas tout. L’eau peut être rendue plus résistive par la présence de micro-organismes que vous ne voyez pas, mais qui apparaîtront bientôt quand l’eau sera verte. On parle là, de la turbidité de l’eau due aux pollens, spores, etc…

Ce qui signifie, que mesurer la quantité de sel avec un TDS mètre, c’est se tromper. Cependant, si l’eau est bien filtrée, bien stérilisée, que la quantité de sel est proche de 6g/l, meilleure sera la mesure et moins grande sera l’erreur. Il est fréquent de constater une erreur de 1,5 g/l, et pour un électrolyseur qui fonctionne avec 3g/l de sel,  c’est une grande méprise.

Par conséquent, la mesure du sel doit se faire par un réactif chimique. A ce jour il y a plusieurs marques, mais la seule qui m’ait régulièrement donné satisfaction est la bandelette Aquacheck sel. L’erreur max que j’ai constaté à ce jour est de 0,2g/l et est souvent plus proche de 0,1 g/l; cela dépend si elle est neuve ou pas, souillée ou pas.

Procédure pour mesurer:

Prendre un verre d’eau, mettre 1,5 cm d’eau dans le verre.
Saisir une languette en évitant de la toucher avec les doigts.
La déposer au fond du verre puis reposer sur une paroi.

La bande horizontale jaune-orangée va noircir, quand la bande est entièrement noire, retirer la languette, prenez la pointe maximale (elle est jaune foncé sur fond marron), retirer la valeur d’une barre, et faire la correspondance avec ce que vous lisez sur la boite. ATTENTION: ne mélangez jamais les languettes de 2 boites, la correspondance ne sera pas la même. Elles sont fabriquées par lot, et à chaque lot il y a une correspondance qui varie d’un lot à l’autre.

Vous allez peut-être lire 7100 sur la languette et la correspondance vous donnera 3,5g/l de sel.

Quand faire la mesure du sel?

Au printemps, s’il n’y a pas eu de filtration, la densité de sel sera plus forte au fond de la piscine qu’en surface. Par conséquent, il faut activer la filtration après avoir pris soin de débrancher l’électrolyseur de sel. C’est également la période où l’on procède au nettoyage de sa piscine, éventuellement au passage du robot. Si vous passez le robot, n’oubliez pas de mettre des chaussettes floculantes dans les skimmers.

Après 1 à 2 jours de filtration, vous faites le contre-lavage du filtre. Vous allez définir la quantité de sel avec une bandelette. Après quoi vous faites l’appoint. Vous relancez la filtration et attendez 48 h de filtration avant de rebrancher l’électrolyseur.

Remarques.

C’est le moment où il faut faire un chlore choc avec de la javel ou de l’hypochlorite de calcium. Eventuellement corriger le pH s’il est trop haut. S’il est bas mais sans excès ne touchez à rien, l’électrolyse le fera monter. Sachez également que les pluies d’hiver rendent l’eau très douce et acide, attendez un peu avant de corriger le pH.

Si vous deviez faire monter le pH parce qu’après un mois d’électrolyse il est toujours inférieur à 6, faites un chlore choc, éteignez l’électrolyseur, ajouter le carbonate de soude (pH+). Mettez en marche la filtration chaque jour. Rallumez l’électrolyseur après 4-5 jours.

Si le TH est trop bas (< 10°F) on peut amener du calcium par adjonction de chlorure de calcium (environ 11 g/m3 /°F) ou du bicarbonate (16,8 g/m3 /°F) éventuellement du carbonate. Le TAC+ conviendra . Même opération que pour le pH+.

Chlore choc avec javel.

La méthode que je préfère est la suivante. Utiliser de la javel de magasin de bricolage à 23° baumé, 1 litre pour 10 m3. Pour 5 litres de javel on met 1l d’acide chlorhydrique. Pour 5 litres d’acide,  prendre un seau de 10 à 15 litres que l’on remplit à moitié d’eau. Verser les 5l d’acide et les jeter au plus loin dans la piscine ( en faisant attention à vous et au carrelage), filtration en marche.

Mesure du chlore libre

Pour mesurer le chlore libre d’une piscine qui dispose d’un électrolyseur de sel, vous devez connaître ce qui suit.

Ce que produit la cellule d’électrolyse est de l’acide hypochloreux et de la javel. La quantité est de 50/50 pour un pH de 7,5. Quand le pH diminue, c’est l’acide hypochloreux qui augmente. Ce dernier est extrêmement réactif, environ 100 fois plus que la javel.

Par conséquent:

  1. vous ne pourrez pas utiliser de bandelettes pour effectuer une mesure, sauf si l’eau de piscine contient du stabilisant, entre 15 et 25 mg/l minimum. Sinon, la mesure est erronée.
  2. Avec une eau sans stabilisant, si vous lisez 0,3 mg/l avec une bandelette, vous avez probablement 10 fois plus, mais là, c’est dépendant de la marque du produit. Et au delà d’une certaine quantité d’acide hypochloreux on ne lit même plus rien.

Alors comment faire?
Voici ma méthode avec une quantité de stabilisant faible. Je dispose de plusieurs appareils de mesures, les modèles Scuba 2 et Hanna me donnent entière satisfaction. Mais pas avec une eau sans stabilisant.

Sans stabilisant: j’utilise ColorQ 7. Pourquoi? Parce que si vous observez bien la couleur de l’eau à mesurer avec le réactif, vous voyez celle-ci s’éclaircir rapidement. Je dispose de moins de 10 secondes. Par conséquent, je me prépare bien, j’étalonne, et je retire mon étalon. Je me place sur la fonction mesure du chlore libre, puis je tiens mon flacon à mesurer, mets la pastille de réactif, et m’empresse de l’écraser. Puis je place rapidement mon éprouvette et active la fonction mesure de chlore libre. Dans ce cas, j’obtiens une mesure plutôt fiable.

A savoir que la mesure doit se faire en fonction de la journée et avant une baignade. Par exemple vous mettez la filtration en marche forcée à 18h et le lendemain matin avant 9h vous effectuez une mesure. Ce principe va dépendre de la quantité de stabilisant dans la piscine. Sachez que sans stabilisant, la durée de vie du chlore libre est de 20 minutes environ, ce qui fait que si vous effectuez une mesure à midi vous ne lirez rien, tout ou presque est redevenu du sel. Il n’y a que l’eau qui circule dans la cellule d’électrolyse qui en contient et qui est stérile.

Avec stabilisant, par exemple 30 à 50 mg par litre, le relevé est moins volatile, et fournit une réponse acceptable, y compris avec des bandelettes. Il ne faut pas mettre plus de 50 mg/l de stabilisant.

Voici quelques uns des appareils que j’utilise et qui sont d’un prix acceptable. Scuba II reste toutefois le moins cher.

Recommandation: si vous mesurez le stabilisant avec l’un de ces modèles, et si la quantité de stabilisant est supérieure à 70 mg, votre lecture sera probablement fausse (même si la notice d’utilisation dit le contraire). Par conséquent, faites toujours 2 mesures. L’une avec l’eau de votre piscine, l’autre avec également l’eau de piscine mais diluée à 50/50 avec une eau de table très peu minéralisée. Il arrive parfois, que l’on doive diluer davantage: 1/3 d’eau de piscine et 2/3 d’eau déminéralisée ou de table.