Comment bien utiliser un électrolyseur de sel ? Première partie.

La piscine doit rester un plaisir agréable, ne pas être une contrainte voire un bagne, ce doit être une satisfaction qui procure de la détente et du bien-être. Je suis parfois surpris, d’entendre au téléphone des personnes ne rechercher que le prix le plus bas et demander « quelle est votre meilleure proposition tarifaire ? ». En moi-même je souris. Les prix sont affichés et s’ils veulent plus bas, ils n’ont qu’à acheter des produits exotiques, et d’autre part, c’est comme si j’entendais déjà les soupirs, les regrets qu’ils vont exprimer, comme si je voyais les problèmes qu’ils vont rencontrer. Les distributeurs de haut niveau savent bien que les professionnels proposent de moins en moins l’électrolyse du sel, et pour cause ! Le bas prix finit par coûter cher, et parfois très cher! Cela n’empêche pas la piscine de verdire, cela fonctionne peut-être bien mais les 2 premières années seulement (après quoi il faut changer la cellule voire avant), cela fuit, il faut détartrer la cellule régulièrement, l’électrovanne pH fuit et comme c’est de l’acide tout est rongé, etc. Bref, le cauchemar !

Pour bien utiliser un électrolyseur de sel il faut :

  1. bien débuter la saison et bien finir
  2. avoir un électrolyseur et une cellule qui dure
  3. avoir un cycle d’inversion de polarité adapté (afin de ne pas détartrer sa cellule tous les mois, voire chaque semaine)
  4. ne pas sous-dimensionner son électrolyseur
  5. un électrolyseur avec une inversion de polarité de 4h ou moins
  6. ne pas avoir trop de stabilisant
  7. utiliser du sel pour adoucisseur ou spécial piscine mais sans adjuvant (et là ce n’est pas gagné)
  8. avoir un temps de filtration suffisant
  9. avoir une bonne filtration
  10. pour améliorer, utiliser un régulateur de pH
  11. pour le top du top, utiliser la sonde redox

Si vous faites tout cela, vous allez, enfin, pouvoir vous reposer et apprécier votre piscine ! A suivre.

Comment bien utiliser un électrolyseur de sel ? Deuxième partie.

Nous avons vu qu’il fallait bien débuter la saison. Vous trouverez dans l’article «Préparer son électrolyseur de sel et sa piscine» ce qu’il est indispensable de réaliser au printemps. Nous avons écrit «bien finir la saison». Cela peut se définir en deux points.

Point 1:

L’eau n’est pas neuve: cela fait plus d’une saison que vous l’utilisez. Dans ce cas, il faut floculer 2 à 3 fois durant la saison (chaussettes floculantes ou autre).

Cas particulier : si la zeolite est le média filtrant, il faut utiliser la zeofine. Si le média est constitué de diatomées ce n’est pas utile de floculer. Il faut s’adapter au type de média filtrant.

Point 2, bien hiverner.

Il y a l’hivernage actif et l’hivernage passif. Ce qui est indispensable c’est qu’au sortir de l’hiver, la piscine soit aussi belle qu’elle l’était à l’automne. Je préconise la méthode la plus simple : l’utilisation d’un ammonium quaternaire (si vous ne vous baignez pas durant cette période). L’autre possibilité est d’utiliser la javel ou de l’hypochlorite de calcium de manière ponctuelle. Pour cela, il faut être en hivernage actif. On peut utiliser aussi un ou deux galets de chlore sous réserve de ne pas dépasser 25 mg de stabilisant par litre.

Avant d’hiverner, il faut réaliser une filtration continue avec son électrolyseur en mode choc durant 24 à 48H. Attendre 2-3 jours puis mettre le produit d’hivernage. Ensuite, vider ou non une partie de son eau selon le mode d’hivernage choisi. Si vous utilisez la javel ou de l’hypochlorite avec un hivernage actif, il faudra effectuer des mesures ponctuelles (vous viendrez vite à la solution la plus simple).  A la mise en route de l’électrolyseur au printemps, l’ammonium quaternaire résiduel sera détruit dans la cellule d’électrolyse.

Alinéa 2

Pour bien utiliser un électrolyseur il faut avoir une cellule d’électrolyse qui dure.

A ce sujet, je n’hésite pas à dénoncer ceux qui affichent des productions que l’on peut qualifier d’imaginaires au détriment de la réalité. D’une part, il y a ceux qui trompent le consommateur et qui méritent d’être en procédure judiciaire, et d’autre part, les mêmes qui ne disent pas que si la cellule d’électrolyse produit ainsi, sa durée de vie sera réduite par 2 voire 3.

Afin de choisir une cellule d’électrolyse qui dure dans le temps, demandez : « quelle est la durée de vie pour une production à 100% avec une inversion de polarité de 3H ou 4H». Vous serez surpris.

Sachez qu’un fabricant la connaît, soit vous serez dans le vague, soit il y aura déni d’informations. Voici quelques anecdotes :

Un jour, que je promenais sur un salon international de la piscine, je suis entré dans le détail avec un fabricant espagnol, … qui ne savait pas comment faire pour que sa cellule dure plus de 5000H. Une autre fois, à Paris, où quelques exotiques exposaient, je suis arrivé à obtenir la durée de vie qui était de 1500H à 100%. Connaissant leur fournisseur je savais que c’était vrai. Un fabricant affichait « conçu pour 30000H » puis j’ai obtenu la cellule d’électrolyse pour analyse. La durée de vie étant de 5000H à peine, sans parler de quelques habitants du Gers qui la détartrent chaque semaine. Un autre qui affiche une production de 30g/h, alors qu’en réalité il n’y a pas plus de 15g/h et pour une durée de vie inférieure à 4000H à 100%. La liste pourrait être longue avec les fabricants américains, australiens, chinois, indiens, israéliens et j’en passe.

Les fabricants de produits chimiques savent très bien cela, et ce qu’ils espèrent, c’est que vous soyez déçus de l’électrolyse du sel. Plus le nombre d’opportunistes qui vient sur le marché augmente, plus il aura de déçus. Et plus il y aura de déçus, plus il y aura de produits chimiques à vendre. A suivre.

Note: Elywann a choisi dès le début la référence « inversion de polarité 3H » parce qu’il s’agit de la méthode de test industrielle, connue au sein des industriels. Elywann utilise 4 méthodes de tests.

Comment bien utiliser un électrolyseur de sel ? Troisième partie.

Nous avons écrit les 3 points suivants :

  • avoir un cycle d’inversion de polarité adapté (afin de ne pas détartrer sa cellule tous les mois, voire chaque semaine)
  • ne pas sous-dimensionner son électrolyseur
  • un électrolyseur avec une inversion de polarité de 4h ou moins

Le but de l’électrolyse du sel est de parvenir au confort d’utilisation maximal, au moindre souci, le moins de travail possible. La piscine doit demeurer un plaisir et le rester. Que diriez-vous de retirer la cellule d’électrolyse chaque semaine pour la dés-entartrer ? A moins d’apprécier ce genre d’activité, c’est du sport -c’est vrai (et biens heureux ceux qui s’y livrent), car il y en a qui le font chaque semaine, n’empêche que cela fait de vous un soumis à sa piscine. Qu’un roi soumette un être humain, d’accord, mais que ce soit un bassin …

Prenez l’avion pour survoler la France et vu du ciel, le bleu s’étend jusqu’à Toulouse, la méditerranée s’avance jusqu’à Lyon. Pour vous dire qu’il y a des régions de France où les piscines sont nombreuses, avec les casseroles qui les suivent. La première casserole c’est le calcaire, qui va gentiment et amoureusement se déposer sur les charmantes électrodes de votre magnifique cellule d’électrolyse. Si vous ne veillez pas à cet aspect technique important, vous allez aimer que votre famille se délecte de votre piscine mais gentiment gémir quand il faudra régulièrement respirer les vapeurs qui se dégageront pour détartrer la cellule, implorer le ciel que cela ne se fasse pas trop souvent. Vous comprenez le sérieux de l’affaire n’est-ce pas ? Si vous êtes en Corse, en Armorique ou en Auvergne, vous ne connaîtrez pas les désagréments de l’insouciante innocence, mais ailleurs ? C’est un point technique très sérieux à ne pas négliger.

Ne pas sous-dimensionner son électrolyseur.

Il y en a qui ne regarde que la quantité de désinfectant produite par un électrolyseur sans se soucier aucunement de la réalité. Telle marque annonce 30g/h alors qu’elle n’en produit que 15 (et encore) sans dire que dans cette configuration la cellule ne durera que 2 ans. Il y en a même qui vont jusqu’à garantir leur matériel 3 saisons, et si vous calculez bien, en prenant une grande marge, cela ne fait que 6000H de fonctionnement.

Pour ne pas sous-dimensionner son électrolyseur il faut :

  • connaître la production réelle et non théorique
  • Prendre 10 000 précautions quand la quantité de stabilisant préconisée dépasse les 40 mg/l
  • Définir si vous allez utiliser ou non du stabilisant. Si vous n’en utilisez pas, vous appliquez un coefficient de 1,5 au volume de votre piscine

Un électrolyseur avec une inversion de polarité de 4h ou moins

L’inversion de polarité est ce qui réduit la durée de vie d’une cellule d’électrolyse, c’est pourquoi très peu nombreux sont ceux qui la mentionnent. Et quand ils la mentionnent, les dérives dépassent les 50%, si bien que la cellule s’entartre tout de même. Elywann a choisi dès son origine un cycle d’inversion de polarité de 3H parce qu’il s’agit là d’une référence industrielle. Comme ses électrolyseurs sont munis d’un process qui diminue automatiquement le cycle d’inversion de polarité en fonction de la dureté de l’eau, Elywann a fixé la limite haute à 4H sachant que cela peut descendre automatiquement et sans intervention jusqu’à 2H voire moins. Quand l’eau est douce la limite haute du cycle est fixée à 8H voire 12H. Cette fonction n’est disponible qu’à partir des modèles Major.

Pour résumer : connaissez quel est le cycle d’inversion de polarité. Si vous ne souhaitez pas détartrer la cellule et partir tranquillement en vacances 4H c’est un maximum. Pour une dureté de l’eau inférieure à 20F° 6H conviendront, en dessous de 12F° 8h à 12h conviendront.

 

Comment bien utiliser un électrolyseur de sel ? Quatrième partie.

Nous allons considérer ces deux aspects :

  • ne pas avoir trop de stabilisant
  • utiliser du sel pour adoucisseur ou spécial piscine mais sans adjuvant

Le stabilisant

L’acide cyanique ou cyanurique ou un de ses dérivés agit comme protecteur du chlore, lorsque celui-ci est soumis aux UV du soleil. L’énergie des UV solaires casse les molécules d’acide HOCl. Le mécanisme de réaction est alors le suivant: 2HOCl -> 2H+ + 2Cl- + O2.

Quand vous utilisez un galet de chlore, celui-ci contient approximativement 50% de stabilisant. Ce dernier ne disparaît pas et se concentre dans l’eau de la piscine. C’est pourquoi, lorsque l’on utilise des galets de chlore, il est conseillé de vider 1/3 de l’eau de sa piscine tous les ans (et de polluer l’environnement).

Le stabilisant a pour principale fonction de protéger le chlore. Son inconvénient majeur est qu’il diminue l’oxydation des éléments pathogènes, c’est à dire que plus vous mettez de stabilisant moins la désinfection est efficace au point de la neutraliser complètement. Et moins la désinfection est efficace, plus les organismes pathogènes se multiplient. C’est pourquoi, les pisciniers vous recommandent de filtrer 24h/24 quand la température est proche de 30C°.

Electrolyse du sel et stabilisant

Une électrolyse du sel bien menée nécessite peu de stabilisant voire pas du tout. Quand cela est nécessaire, le taux de stabilisant idéal se situe à 15mg/l environ. On peut aller jusqu’à 25mg/l.

Le deuxième pallier est compris entre 25 et 40 mg par litre.

A partir de 50 mg/l ce n’est plus acceptable, les problèmes vont bientôt arriver si la piscine est fréquentée.

Du point de vue administratif, dans les piscines publiques il est acceptable d’avoir 70 mg par litre. Il ne faut pas s’étonner s’il y a des contaminations. De nombreuses marques recommandaient d’utiliser une quantité de stabilisant comprise entre 50 et 100mg/l. Bien que cela existe encore, la pression du public, grâce à son information, est devenue telle, que cela change progressivement. Pourquoi une telle quantité était-elle conseillée ? Simplement parce que les appareils produisaient peu. Aujourd’hui, les marques qui s’alignent autour de 25 mg n’ont tout simplement plus de garantie sur les électrodes de leurs cellules ou celle-ci est réduite.

Votre électrolyseur peut très bien fonctionner sans stabilisant, mais dans ce cas je vous suggère :

  • 1) d’appliquer un coefficient de 1,5 au volume de votre piscine si vous êtes au sud de la Loire
  • 2) de réserver la moitié au moins du temps de filtration après 18h

Vous verrez que si votre filtration est de qualité, vous n’aurez jamais vu une eau aussi parfaite et translucide. De plus, vous ne polluerez pas et vous pourrez boire la tasse (enfin, pas trop).

Le sel

Celui-ci doit être le plus pur possible. Une norme a été créée (EN 16401) mais n’a de sens que si l’on sait interpréter ce qu’il y a de véritablement écrit sur l’emballage (comme par exemple : à base de sel norme EN xxxx et dont on ne vous renseigne pas de ce qu’il y a en plus). Depuis peu, même les sels pour adoucisseurs contiennent un additif (E535 ou E536) préjudiciable à la qualité de l’eau et au bon fonctionnement d’une cellule d’électrolyse de qualité. Reconnaissons aux fabricants de sel, la capacité de nuire à un procédé non toxique.

Il y a quelques années de nombreux liners finirent par devenir poreux. Le sel a été accusé de tous les maux, ce qui a conduit à la rédaction d’une norme. La réalité était toute autre, c’est que ces liners étaient de qualité moyenne, que le défaut principal venait de l’électrolyseur dont la cathode de la cellule était reliée à la terre. Il reste encore de nombreux électrolyseurs de ce type. Ajouter un additif permet également de vendre un sel plus cher, et il faut reconnaître que ce sera désormais le passage obligé: acheter un sel spécial piscine. Vous n’en aurez pas besoin, si votre cellule est alimentée en 24 volts, la chaine de molécules qui se forment en surface des électrodes est aussitôt brisée.

Ve vous laissez pas impressionner non plus, par une certaine marque de sel qui écrit:

il est nécessaire d’utiliser, comme nous l’avons vu, un sel de grande pureté à teneur réduite en calcium et magnésium. En effet, une teneur trop élevée de ces substances provoque un phénomène de désurfaçage des électrodes altérant ainsi fortement leur longévité.

Ceci est faux. Il y a plus de calcium et de magnésium dans votre eau qu’il ne peut y en avoir dans le sel. De plus, la longévité n’est pas altérée par le désurfaçage des électrodes mais par  un phénomène de passivation.

Désormais, il est préférable d’utiliser un sel spécial piscine composé exclusivement de sel répondant à la norme  EN 16401, et de faire, si c’est nécessaire, l’ajout de stabilisant séparément. D’une part c’est plus économique et d’autre part c’est plus sérieux. Vous ne ferez l’appoint qu’une fois tous les deux ou trois ans. Votre eau ne sera jamais sur stabilisé, vous aurez une maîtrise totale de votre eau, vous vous éviterez bien des désappointements.

Depuis peu, du sel spécial piscine, sans adjuvant, sans stabilisant, sans etc. est mis sur le marché. Il faut fouiller un peu, insister auprès de son fournisseur. Mais faites toutefois attention : vous devez pouvoir lire sur l’emballage ce que le sac contient 100% de sel répondant à la norme  EN 16401. Ce dernier est juste un peu plus cher que le sel pour adoucisseur.

 

Préparer son électrolyseur de sel et sa piscine

Le printemps arrive, les abeilles commencent à butiner, signe de réchauffement. Il est temps de se préparer à la mise en route de la piscine et de son électrolyseur de sel.

Première étape: homogénéiser la quantité de sel (l’eau est moins salée en surface et fausse les relevés). Vous éteignez l’électrolyseur ou vous désaccouplez l’électrolyseur de la cellule. Puis vous mettez en marche la filtration environ 8h. Vous pensez à brasser le fond de temps en temps avec le balai. Si vous aviez vidé partiellement la piscine, il faut faire l’appoint en eau. Si vous avez suivi les consignes d’hivernage, après avoir retiré les feuilles, l’eau de la piscine est parfaite.

Deuxième étape: vérifier la quantité de sel. Vous allez utiliser « uniquement » des bandelettes Aquacheck white (on est indépendant de la température et de la résistivité de l’eau). Dans un verre, vous mettez entre 1cm et 1,5 cm d’eau. Vous posez la bandelette et la laisser tomber sur le bord du verre. Vous attendez que la ligne jaune devienne noire. Vous retirez, vous prenez la pointe la plus élevée, vous retirer une barre et vous lisez. Vous faites la correspondance entre ce que vous avez lu et le graphique sur la boite (attention, chaque série de fabrication est différente, il faut utiliser le graphique de la boite où vous avez retiré la bandelette). Si vous lisez 2,5g de sel par litre, pour une piscine de 50m3 il faudra ajouter 100 kg de sel.

Troisième étape: vérifier la cellule de l’électrolyseur. La cellule a-t-elle été détartrée à l’automne? Si non, il faut le faire. L’ayant fait au moins une fois, vous saurez si c’est utile de le faire l’année suivante. Comment faire?

Vous allez utiliser de l’acide chlorhydrique, de l’acide phosphorique (cher) ou du vinaigre blanc. Si vous avez une cellule d’électrolyse fragile (réalisée en Inde, en Chine, ou autre) préférez le vinaigre blanc ou l’acide phosphorique. Pour les modèles Elywann, vous mettez un litre d’acide chlorhydrique dans un seau rempli de 9 litres d’eau. Ensuite, il y a 2 possibilités. 1)Soit vous plongez la cellule dans le seau ou 2) soit vous utilisez une poche de congélation et vous bouchez une sortie en serrant avec un élastique.

Ensuite vous versez le mélange par un orifice. Parfois il ne se passe rien ou quasiment rien, c’est qu’il n’y a pas d’entartrage. Sinon, il y a un dégagement gazeux et dans ce cas vous attendez 5 minutes puis vous rincez et recommencez, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de dégagement gazeux. Ne laissez jamais un acide longtemps dans une cellule d’électrolyse et encore moins si votre cellule n’est pas un modèle Elywann.

Il reste encore trois étapes.

  1. Nettoyer la sonde pH si vous ne l’aviez pas fait. Pour ce faire, vous allez sur le site Elywann à cette adresse , et vous suivez la procédure.
  2. Etalonner la sonde pH
  3. Remplir votre bidon de correcteur pH

C’est fini pour la préparation essentielle. Si votre pH est trop élevé, ce qui peut être le cas avec un remplissage avec une calcaire, vous pouvez à titre exceptionnel corrigez votre pH avec de l’acide chlorhydrique. En fonction du volume, il n’est pas rare d’ajouter de 1 à 3 litres d’acide chlorhydrique. C’est une opération à faire rapidement, filtration en marche.

Si l’eau est encore trop froide pour mettre l’électrolyseur de sel en marche, ne restez pas sans stériliser l’eau. Si vous aviez mis un amonium quaternaire pour l’hivernage, il est encore dans l’eau. Il sera détruit lors de la mise en route de l’électrolyseur. Si vous êtes sans produit, réalisez un « choc » tous les 3 ou 4 jours, filtration en marche, le soir après 19h. Vous utilisez soit:

  1. de la javel. 3 berlingots pour 10 m3
  2. ou de l’hypochlorite de calcium

Evec Elywann, dès que la température atteindra les 10°C vous pourrez mettre l’électrolyseur en marche.